Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Imaginez un bâtiment isolé de façon optimale, n’ayant plus besoin d’être chauffé. La chaleur dégagée à l’intérieur de la construction par les habitants, les appareils électriques et l’apport solaire venant de l’extérieur, suffisent à répondre au besoin de chauffage.

Maison passive

Une maison passive en cours d’achèvement réalisée à Gambais par Sébastien SAGATOVA

En plus de supprimer toute pollution, ce type de construction remplace les traditionnels chauffages installés dans chaque pièce par une VMC double flux qui permet de réguler les apports d’air et le taux d’humidité de la maison. Vous en avez fini avec les zones froides, l’entretien de la chaudière et le coût des énergies fossiles.

Sébastien Sagatova, architecte maison passive

Sébastien SAGATOVA nous reçoit sur le chantier d’une maison passive dans les Yvelines

A Gambais, Sébastien SAGATOVA, architecte passionné par les maisons passives, a répondu à nos interrogations. D’emblée, il a insisté sur l’élément primordial pour obtenir un bâti performant :

« Il est évident que pour garder la chaleur, il faut bien isoler les parois. Pour cette maison en particulier, j’ai choisi de construire en blocs à bancher* avec des queues d’aronde** qui permettent d’ajouter à l’extérieur un isolant de 30 cm. »

« La pose de la première rangée s’est faite sur un radier*** recouvert d’un lit de billes de verre. Ainsi, on évite le pont thermique au niveau du sol, si fréquent dans les maisons traditionnelles. Une fois posés une dizaine de rangs de ces parpaings creux, on coule à l’intérieur du béton et des ferrailles qui viendront lier l’ensemble du bâti. »

L’apport solaire complète avantageusement la performance du bâti

«  Pour la toiture, un système d’isolation par l’extérieur a été mis en œuvre, ce qui complète l’isolation de l’enveloppe et permet une performance énergétique exceptionnelle ».

« Le nombre des ouvertures en triple vitrage et leur exposition nous permet de bénéficier d’une chaleur gratuite. En été, l’avancée au-dessus de la terrasse empêche le soleil, plus haut à cette saison, de pénétrer avec trop de force. En complément, un ballon thermodynamique et une VMC double flux permettent de moduler l’atmosphère intérieure de chaque pièce. »

« Il nous reste encore les finitions à achever. En particulier, le bardage extérieur et les peintures et nous pourrons ensuite profiter du confort de cette maison autonome en énergie. L’investissement de départ est plus important que pour un pavillon traditionnel mais l’absence de dépenses d’énergie ultérieures compense largement la mise de départ. »

Découvrez le témoignage de Sébastien SAGATOVA en images !

Contactez Sébastien SAGATOVA !

Sébastien SAGATOVA
Architecte Diplômé d’Etat
90 rue des Novales
78490 GAMBAIS
06 15 93 36 11
sagatova.architecte@gmail.com

Petit lexique

* Bloc à bancher : Le bloc à bancher est un bloc de parpaing, au même titre que le bloc creux, bien connu dans la construction de maison individuelle. La spécificité du bloc à bancher est sa forme en H, qui permet d’insérer facilement des armatures. Une fois celles-ci insérées, on va venir couler le béton directement dans les alvéoles du bloc à bancher. Les murs en blocs à bancher sont donc des murs très solides et très résistants, à l’instar des murs en béton armé.

** Queue d’aronde : Une queue d’aronde est un type de liaison mécanique entre deux pièces. Une queue d’aronde se compose d’un tenon en forme de trapèze dans l’une des pièces, et d’une rainure de même forme dans la seconde pièce.

*** Radier : Le radier est une plateforme en béton armé coulée directement sur le sol. La solution du radier est utilisée lorsque la portance du sol est mauvaise ou lorsque le bon sol ne peut pas être atteint avec des pieux. Ensuite, la construction est montée par-dessus le radier.