Se poser les bonnes questions avant de changer ses fenêtres

Après l’isolation de la toiture et celle des murs donnant sur l’extérieur, le changement des menuiseries vétustes et non isolantes est une priorité. Le changement des fenêtres permet de supprimer en moyenne de 15 à 20 % des déperditions thermiques d’une maison, d’augmenter la sensation de confort immédiat et de la protéger des nuisances sonores extérieures. Alors posez-vous les bonnes questions avant de vous engager …

Quel matériau choisir pour ses fenêtres ?

Menuiseries BOIS

Menuiseries BOIS

 

Les fenêtres BOIS ont l’avantage d’être compatibles avec une rénovation dans une zone historique ou dans des habitations bénéficiant d’un certain cachet. Elles offrent une esthétique chaleureuse et naturelle. Le bois a l’avantage d’être un matériau écologique mais il exige cependant un entretien régulier. Matériau naturellement isolant et robuste, les chassis sont aujourd’hui traités selon la technique du lamellé-collé qui permet de les stabiliser et de limiter leurs déformations dans le temps. De ce point de vue, la fenêtre mixte BOIS-ALU est intéressante puisqu’elle protège le bois à l’extérieur tout en offrant une ligne contemporaine.

Menuiseries PVC

Menuiseries PVC

Les fenêtres PVC ont révolutionné le monde de la menuiserie il y a 15 ans en proposant des fenêtres moins coûteuses, faciles d’entretien et thermiquement performantes. Néanmoins, il existe des offres bas de gamme qu’il vaut mieux éviter ! Leur esthétique standardisée s’adapte à toutes les architectures. Les nouvelles fenêtres mixtes PVC-ALU offrent des qualités intéressantes : solidité et design du chassis en ALU à l’extérieur et facilité d’entretien du PVC à l’intérieur pour un rapport qualité/prix performant !

Menuiseries ALU

Menuiseries ALU

Les fenêtres en ALU s’accordent parfaitement avec une esthétique contemporaine. Elles sont solides, permettent de supporter le poids de grands vitrages (baies coulissantes) et offrent grâce à la technique du thermo-laquage une palette de finitions étendue. Anciennement critiquées pour leur conductivité thermique, leurs chassis sont devenus très performants car ils sont équipés de joints à rupture de pont thermique. Elles concurrencent désormais les fenêtres PVC en termes d’isolation.

Comment se mesure la performance thermique des fenêtres ?

Pour les menuiseries, les coefficients de performance thermiques se mesurent en : Watt (qui mesure l’énergie perdue) par m2 de fenêtre (vitrage et châssis) par degré Kelvin (la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur). Ils mesurent la capacité d’une partie ou de la totalité de la fenêtre à garder les calories à l’intérieur de votre logement.

  • UF / U Frame : ce coefficient mesure la performance d’isolation du châssis
  • UG / U Glass : ce coefficient mesure la performance d’isolation du vitrage
  • UW / U Window : ce coefficient mesure la performance de l’isolation de la fenêtre dans son intégralité. C’est celui-ci qu’il faut retenir car le meilleur des triples vitrages n’isolera pas correctement s’il est intégré à un chassis de mauvaise qualité.

Le vitrage : mot compte simple, double ou triple ? …

Le vitrage simple a été abandonné pour ses piètres performances thermiques et le double vitrage s’est généralisé. Sachez que le pouvoir isolant d’un double vitrage repose sur l’espace situé entre les deux vitres. L’air emprisonné limite les pertes de chaleur. Un gaz plus isolant que l’air (argon ou krypton) peut également être injecté entre les vitres pour renforcer le pouvoir isolant de la vitre. Pour faire encore mieux, on peut appliquer un traitement isolant à base d’oxydes métalliques sur la face intérieure du vitrage : c’est un vitrage à isolation renforcée.

Dans ce monde-là, le triple vitrage est bien sûr le nec plus ultra … Alors que les meilleurs fenêtres en double vitrage affichent un coefficient d’isolation thermique de 1,0 W/m².k, la fenêtre triple vitrage affiche une performance de 0,8 W/m².k ou même et 0,6 W/m².k avec du gaz krypton.

Comment me protéger des cambriolages ?

Les fabricants proposent des fenêtres antidégondage et des vitrages anti-effraction. Ces accessoires sont utiles mais pas infaillibles. Les assureurs emploient plutôt le terme de « retardement de l’effraction » et encouragent malgré tout à garder ses volets au rez-de-chaussée.

Comment bénéficier des aides ?

Pour tous les propriétaires, un crédit d’impôt de 30 % sur la fourniture et la pose des menuiseries est accessible selon certains critères techniques. Le professionnel que vous choisirez devra poser des ouvrants homologués par les normes françaises et être lui-même qualifié RGE pour la spécialité : pose de menuiseries (Reconnu Garant de l’Environnement). Veillez également à vous procurer ses attestations d’assurance de responsabilité civile professionnelle et décennale.

Pose par un artisan qualifié - AVANT

Pose par un artisan qualifié LT Artisan – AVANT

Pose par un artisan qualifié - APRES

Pose par un artisan qualifié LT Artisan – APRES


Combien coûte un changement de fenêtres ?

Le prix d’un changement de fenêtres varie selon plusieurs critères : la qualité de fabrication des fenêtres, leur performance thermique, la qualification de l’artisan, le service après-vente. Si vous changez toutes les ouvertures, il s’agit d’un investissement sur le long terme et il vaut mieux mettre le prix qui convient pour avoir des fenêtres d’excellente qualité et les conserver pendant longtemps.