Une rénovation à haute performance énergétique

Bruno Lecerf, architecte installé dans les Yvelines (78), nous a présenté, lors de la réunion Respire Yvelines Sud qui a précédé les Fêtes de fin d’année, son projet de rénovation à haute performance énergétique d’un bâti ancien. L’ambition était d’atteindre un besoin de chaleur de chauffage de 50 kWk/m².an. Bruno Lecerf a relevé le défi dans un Prieuré du XIII ème siècle, accompagné, dans la phase d’exécution des travaux, par quelques-uns des artisans membres de Respire Yvelines Sud.

Bruno Lecerf, architecte

Le Prieuré est un bâtiment historique datant du XIII ème siècle, situé à Lévis Saint Nom. Son aspect extérieur en pierres apparentes semblait rendre inatteignable l’objectif d’une consommation finale de chauffage de 50 kWh/m².an. C’est pourtant le défi qu’a relevé Bruno Lecerf, maitre d’ouvrage et architecte de ce projet. S’appuyant sur le bureau d’études Positive Home et s’entourant d’artisans qualifiés, il a conduit une rénovation énergétique ambitieuse.

Plus que d’une maison, Bruno Lecerf rêvait d’un lieu unique. « Le coup de cœur a été total », raconte Bruno. Pour obtenir un juste prix auprès des vendeurs, Bruno Lecerf, a utilisé les bons arguments : «  Un prieuré du XIIIe siècle, c’est certes très joli mais c’est énergivore ! ».

« Les murs ont beau faire de 85 à 110 cm d’épaisseur, le froid et l’humidité finissent quand même par rentrer. Mal isolé, ce bâtiment de 120 m2 coûtait 3.000 € à 4.000 € par an en charges de fonctionnement à ses anciens propriétaires. »

Quelle a été la méthode de travail ?

« Une étude énergétique globale a permis de réaliser un audit du bâtiment, d’établir des scénarios, de choisir des objectifs, des procédés et des matériaux et de calculer le rapport performance/coût. »

Où ont été mises les priorités pour la réalisation de l’enveloppe ?

« Nous avons mis la priorité sur l’isolation des parois opaques, le traitement des ponts thermiques, les menuiseries à triple vitrage, l’étanchéité à l’air. », explique Bruno Lecerf.

Quels ont été les équipements techniques apportés ?

« Une VMC double flux était indispensable pour assainir les volumes d’air dans un espace devenu très bien isolé. Un poêle à granulés a été installé comme unique système de chauffage. »

Pour des raisons évidentes de conservation de l’aspect extérieur du bâtiment, seule une isolation intérieure était envisageable. Les contraintes d’habitabilité (petites pièces) imposaient en outre de limiter l’épaisseur d’isolation des murs.

Rénovation du plancher basLes autres postes d’amélioration énergétique (plancher bas, toiture, menuiseries, apports solaires, ventilation) viendraient compenser ce choix. Enfin, les contraintes d’isolation des murs anciens (80 cm d’épaisseur en pierre) ont conduit à privilégier des isolants capillaires afin de gérer les transferts d’humidité dans les parois et de préserver l’intégrité du bâti. 

Le plancher bas était d’une dalle sur terre plain (lit de sable) sans isolation. Le sol a été décaissé pour la réalisation d’une isolation sous dallage en polyuréthane d’une épaisseur de 140 mm en une seule couche. (conductivité thermique λ = 22 mW/m.K soit une résistance thermique R = 6,36 m².K/W). Un film en polyéthylène a été posé pour éviter tout risque de remontée capillaire par le sol.

Les murs ont été isolés par l’intérieur au moyen de panneaux isolants en béton cellulaire allégé d’une épaisseur de 100 mm. (conductivité thermique λ = 45 mW/m.K soit une résistance thermique R = 2,22 m².K/W).

Mur du prieuréMur prieuréL’isolation de la toiture a été traitée à à la fois par l’intérieur et par l’extérieur. A l’intérieur a été prévue la pose d’une couche en laine de verre entre chevrons d’une épaisseur de 80 mm. (conductivité thermique λ = 32 mW/m.K soit R = 2,5 m².K/W). A l’extérieur, a été mis en œuvre un système d’isolation en sarking à base de panneaux de polyuréthane d’une épaisseur de 160 mm (conductivité thermique  λ = 22 mW/m.K soit  R = 7,27 m².K/W).

Sous les toits

L’isolation des combles perdus de la Chapelle a été faite en ouate de cellulose soufflée sur une épaisseur de 400 mm après tassement (λ = 39 mW/m.K soit une résistance thermique de 10,25 m².K/W). On a pris en compte un tassement de l’ordre de 20 % conduisant à la mise en œuvre d’une épaisseur de 500 mm à la pose. Une membrane pare-vapeur sera positionnée avant soufflage de la ouate de cellulose afin de réaliser l’étanchéité à l’air du comble.

Le niveau de performance énergétique du Prieuré est lié à la performance de son isolation mais aussi à la qualité de son étanchéité à l’air. La continuité de l’étanchéité à l’air est impérative. Les jonctions entre les différents éléments et les différentes parois ont été réalisées dans le respect des règles de mise en œuvre (pare-vapeur, enduit, pose de menuiseries…). Le fonctionnement optimum de la ventilation mécanique à double flux (VMC) est conditionné par la bonne étanchéité à l’air du bâti.

Les travaux effectués sont à la croisée des savoir-faire traditionnels et des techniques et matériaux plus innovants. C’est une expérience que Bruno Lecerf souhaite transformer en métier. « Construire du neuf en Haute qualité énergétique, on sait faire. Mais rénover de l’ancien aux normes d’aujourd’hui, c’est tout à fait nouveau », souligne Bruno Lecerf qui entend désormais se spécialiser dans ce domaine.

BRUNO LECERF, architecte
06 20 07 48 64
bruno.lecerf@laposte.net

POSITIVE HOME, bureau d’études
Nicolas GUERIN
06 13 74 42 07
contact@positive-home.fr
www.positive-home.fr

BV PIERRES, maçonnerie en rénovation & taille de pierre
40 route de Chartres, 28630 MORANCEZ
06 82 20 65 09
bvpierres@gmail.com
www.bvpierres.com

RASMUSSEN SARL, plomberie & ventilation
6 rue Georges Pompidou, 78690 LES ESSARTS LE ROI
01 34 84 97 97
sarl-rasmussen@wanadoo.fr
www.rasmussen-sarl.com

SYLVAIN GUILLEMANT, électricité
9 rue de Beaulant, Chandelles, 28210 COULOMBS
02 37 51 92 78 – 06 60 11 18 98
s.guillemant@bbox.fr