Les soucis de moisissure liés à la vapeur d’eau dans les bâtiments ne sont pas vraiment nouveaux. Ce qui a changé, c’est notre compréhension des phénomènes et les solutions techniques que l’on peut aujourd’hui apporter pour contrôler et évacuer cette humidité vers l’extérieur.

Les sources d’humidité dans les bâtiments se répartissent en trois catégories :

  • Les sources extérieures au bâtiment : elles sont principalement constituées de la pluie (pénétration par la façade ou par la toiture) et des remontées capillaires (par les fondations ou les murs enterrés).
  • Les sources provenant du bâtiment lui-même : que ce soit en neuf ou en rénovation, les matériaux possèdent un certain taux d’humidité qu’ils vont dans certains cas devoir évacuer. C’est le cas du séchage du béton ou des enduits par exemple.
  • Les sources liées aux usagers : une personne émet de la vapeur d’eau par respiration et par sudation. La cuisine et les toilettes sont aussi des sources d’humidité liées à l’utilisation des installations.

Vers des bâtiments étanches à l’air

Jusqu’à récemment, la plupart des bâtiments construits étaient très peu étanches à l’air d’où une déperdition thermique inconfortable et coûteuse. Par jour de vent, le taux de renouvellement atteignait souvent la dizaine de volumes par heure, même pour des bâtiments soit disant performants. Ce défaut d’étanchéité créait de gros problèmes de chauffage, mais il permettait néanmoins une évacuation naturelle de l’humidité et de l’air vicié sans créer de pathologies.

Les exigences actuelles de la très basse consommation d’énergie font que l’on recherche au contraire la meilleure étanchéité à l’air possible. En effet, il est indispensable de contrôler les débits de ventilation afin de ne fournir que ce qui est juste nécessaire et de limiter les pertes thermiques par ventilation et infiltration.

La VMC : pour le confort des occupants et la santé des bâtiments

Une fois les bâtiments étanches à l’air, il faut trouver comment assurer leur bonne ventilation, à la fois pour la concentration en polluants et poussières, mais aussi pour évacuer l’humidité.

La ventilation naturelle ne peut plus guère être une solution parce que le débit dépend trop des conditions climatiques extérieures et des usages des propriétaires. De surcroît, on ne sait pas récupérer la chaleur de l’air extrait. On voit donc se développer la ventilation mécanique, et notamment la ventilation double flux qui permet la récupération de chaleur sur l’air extrait. L’installation doit être conçue pour fournir un débit d’air satisfaisant pour le confort et la santé des occupants mais aussi pour le bon fonctionnement du bâtiment.

Comment fonctionne la VMC double flux ?

Jérôme Queinnec, électricien installateur agréé RGE à Chartres, vous conseille de visionner la vidéo explicative réalisée par son partenaire fournisseur S&P UNELVENT :

La VMC (ventilation mécanique contrôlée) est l’ensemble des dispositifs qui permettent de ventiler les pièces dites “humides” (salle de bains, cuisine, toilettes). On les oppose à la VN (ventilation naturelle). Une VMC simple flux est un circuit de ventilation permettant de récupérer de l’air frais et sain depuis les entrées d’air aux fenêtres des pièces dites “sèches” (chambres ou séjour), de faire circuler cet air qui se charge en polluants et humidité dans les pièces dites “humides” (sanitaires, salle de bain) et enfin de l’évacuer par les bouches au plafond vers l’extérieur.

La VMC double flux, fonctionne de la même manière mais en maîtrisant l’entrée d’air non plus par les fenêtres mais par un conduit en toiture.

VMC double-flux

Un échangeur thermique à l’intérieur du groupe VMC double flux permet de remplir 2 fonctions :

  • L’air chauffé qui est extrait vers l’extérieur n’est pas perdu car il réchauffe l’air entrant avant d’être injecté dans les pièces sèches. (économie de chauffage)
  • En été, un Bypass permet de continuer à ventiler l’habitation la journée sans faire entrer un flux d’air chaud. En revanche, la nuit le Bypass ouvert permet de ventiler un air plus frais à l’intérieur de la maison.

La VMC hygroréglable est une VMC simple flux classique mais dont l’intensité de l’activation varie en fonction de l’hygrométrie des pièces. Ainsi le débit d’air aspiré  est ajusté aux besoins réels. Pour de plus amples renseignements et pour paramétrer au mieux votre installation, faites appel à des professionnels qualifiés !

QUEINNEC & FILS
5 Rue Jean Moulin
Genainvilliers
28190 Mittainvilliers
Tél : 02 37 22 48 13 / 06 87 01 65 57
www.queinnecetfils.com

 

Bon A Savoir : A la condition de son installation par un professionnel qualifié RGE une VMC double flux peut être financée par un éco-prêt à taux zéro en complément d’un bouquet de 2 travaux principaux. L’installation d’une VMC double flux ne permet pas de bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique.  Pour plus de renseignements, consultez le GUIDE DES AIDES FINANCIERES ADEME 2016 : http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-aides-financieres-renovation-habitat-2016.pdf

 

 

Catégories : Conseils de Pros